Travailler avec maman ou papa?

Alain Samson Entreprise familiale plaisir au travail Succès

Ainsi donc, l’idée de vous joindre à l’entreprise familiale vous intéresse? Vous aimeriez peut-être même prendre la relève de vos parents. Je vous comprends. C’est valorisant de travailler pour la famille : c’est notre nom qui figure sur l’enseigne, sur les camions, et ça nous donne un statut particulier même si on occupe un poste d’entrée.

Mais tout n’est pas rose au royaume de l’entreprise familiale. Voici donc quelques conseils à suivre si l’aventure vous intéresse.

CINQ CONSEILS

Premièrement, terminez vos études. Il peut être tentant de vous dire qu’elles ne servent à rien puisque votre emploi est garanti, mais rien ne dit que cette entreprise existera toujours dans 10 ou 15 ans. Retournerez-vous à l’école si ça produit?

Mieux encore, ne vous contentez pas d’une formation équivalente à celle de vos parents. Ils avaient des défis à relever. Ceux qui vous attendent seront différents. Ils seront plus complexes, plus pointus. Il faut que vous soyez prêt.

Deuxièmement, exigez d’être payé à votre juste valeur selon le marché. Il y a des entreprises familiales où on sous-paye les enfants en leur disant que, dans le fond, ils travaillent pour eux et que l’entreprise leur appartiendra un jour. Imaginez le ressentiment que vous éprouverez si l’entreprise disparaît avant que ce soit votre tour…

Il y a d’autres entreprises familiales où on paye trop généreusement les enfants, ce qui n’est pas sans susciter le ressentiment des employés qui ne font pas partie de la famille, dont le rendement risque alors de diminuer.

Troisièmement, impliquez-vous. Apprenez à lire et à interpréter les états financiers. Demandez pourquoi telle décision a été prise. Apprenez à connaître les partenaires (banquiers, comptables, fournisseurs, etc.) de l’organisation. Ils vous connaîtront et vous feront déjà confiance le jour où vous prendrez la direction.

Quatrièmement, n’hésitez pas à parler de planification de la relève. J’ai vu trop de rêves s’envoler parce que le propriétaire d’une entreprise n’avait aucune assurance vie et n’avait pas tenu compte des implications fiscales d’un décès sur la valeur de l’organisation. En gardant le silence sur cet important sujet, vous laissez une épée de Damoclès menacer votre vie.

Finalement, ne joignez pas l’entreprise familiale si vous n’en avez pas envie. Ce conseil vaut encore plus si on utilise la culpabilité pour vous y forcer. C’est une entreprise, pas une prison.

Vous avec l’occasion de vous joindre à un père ou à une mère qui a réussi? Vous apprendrez beaucoup à leur contact. En autant, bien entendu, que vous teniez compte de ces cinq avertissements. Bon succès!



Article précédent Article suivant