Tanné du chaos?

Alain Samson Alain Samson Changement résilience

Les moments où rien ne changent ne sont que des hiatus dans un monde en perpétuel changement.

Sans changement, c’est la mort et l’entropie. Les moments où rien ne change sont des pauses, rien d’autre.

C’est fou comme je rencontre des organisations aux prises avec des changements ces temps-ci. Le mot à la mode cette année: austérité. Et tous ses impacts semblent alimenter les rumeurs de corridor et les planifications stratégiques. Comme si c’était la première fois que, collectivement, nous faisons face à de nombreux défis. Mais il reste évident que beaucoup de personnes n’aiment pas le changement.

Parallèlement à ça, j’étais récemment à Québec où j’ai visité, au musée, une exposition portant sur la Grèce antique. J’aimerais vous en parler aujourd’hui parce qu’il y a énormément de sagesse dans les mythologies.

Commençons par une question de connaissances générales. D’après vous, si on se réfère à la mythologie, qu’y avait-il avant les dieux, les déesses et les titans? En plein dans le mille: le chaos. C’est de lui que tout serait né et, sans lui, il n’y aurait rien eu. Sans chaos, pas de vie.

 




Revenons dans notre siècle et tournons-nous vers les scientifiques. Comment le monde serait-il né selon eux? Du Big Bang, eh oui. Tout aurait découlé d’un amas nébuleux. Ici, la science rencontre la mythologie, mais un fait est clair : sans chaos et sans changement, pas de vie.

Et pourtant, on s’accroche à ces moments où il ne se passe rien. On les affectionne et, trop souvent, on en vient à penser que c’est ça, la vraie vie. Mais les moments où rien ne change ne sont que des hiatus dans un monde en changement perpétuel. Sans chaos, c’est l’assèchement et la mort.

Qu’est-ce que tout ça veut dire pour vous aujourd’hui? Vous êtes peut-être aux prises actuellement avec des changements qui vous font rager ou, pire encore, vous poussent à crier à la catastrophe. Le temps est venu de dédramatiser.

Rappelez-vous tous les changements que vous avez vécus au fil des ans. Rappelez-vous toutes les crises que vous avez traversées et qui se sont révélées des bénédictions par la suite. Retourneriez-vous en arrière aujourd’hui? Il est probable que non.

Alors, au lieu de crier à la catastrophe, demandez-vous comment vous pourriez profiter de ce qui vous arrive, de ces forces à l’œuvre autour de vous. Au lieu de vous recroqueviller, demandez-vous comment profiter de ce qui s’en vient dans votre environnement.

Vos futurs succès baignent actuellement dans ces changements que vous redoutez. Le chaos n’est pas la fin du monde. C’est le début d’un avenir souhaitable dont vous pourriez bénéficier.



Article précédent Article suivant