N'attendez pas la direction

Alain Samson Buzz Il faut sauver la ruche Innovation leadership

Revenons un instant sur l’intrigue du livre Il faut sauver la ruche.

Quand Buzz se rend compte de l’apathie des dirigeants de la ruche Luna au moment où le fermier Jean décide de labourer son champ, il réalise qu’il ne doit pas compter sur eux pour sauver la ruche. Ils ont opté pour la routine et ne ressentent aucune urgence. Ils gèrent à la petite semaine. 

Cela vous est-il déjà arrivé? Vous constatez qu’une nouvelle promotion crée de l’insatisfaction parmi les clients, mais personne ne semble s’en préoccuper? Vous remarquez qu’une proportion plus importante de produits reviennent à l’usine en mauvais état? Ou, pire encore, vous découvrez que la boîte à suggestions installée dans vos bureaux n’a pas été ouverte depuis des lunes?

 

 
Pour vous, le constat est évident : les gens ne se rendent pas compte qu’il y a péril en la demeure. L’insatisfaction grandissante des clients pourrait entraîner une chute du chiffre d’affaires. Ce nouvel emballage, bien que moins cher, risque de provoquer d’importantes pertes en fin d’année, et le fait que les suggestions du personnel ne soient pas prises en compte pourrait susciter le désengagement de vos collègues.


Que faire si vous remarquez ce genre de choses qui semblent invisibles aux yeux des patrons ou de vos collègues? N’allez surtout pas vous dire que vous avez la berlue et que, si vos présomptions étaient fondées, quelqu’un «d’en haut» s’en occuperait déjà. Il est fort possible que, happés par la routine ou le doux confort de leurs primes annuelles, vos patrons ne voient rien.

Faites comme Buzz. Demandez une rencontre avec votre supérieur immédiat et faites-lui part de vos préoccupations. Documentez celles-ci. Expliquez ce que vous avez constaté et les implications potentielles. Par exemple :

  • Les clients détestent notre promotion. Ils ont l’impression qu’on rit d’eux.
  • Il faut réduire le nombre de colis mal emballés retournés chaque semaine.
  • Les gens ont l’impression de faire rire d’eux quand on ne tient pas compte de leurs suggestions d’amélioration.

Ensuite, écoutez. Si l’écoute est positive, bravo! Si ce n’est pas le cas, faites quelques propositions en mentionnant les répercussions potentielles sur le poste de votre supérieur si vos craintes s’avèrent fondées. Vous créerez ainsi un sentiment d’urgence.

Vous serez peut-être écouté. Vous ne le serez peut-être pas. Mais vous aurez agi. Vous ne serez pas resté passif. Et il y a des chances qu’on vous demande de nouveau votre opinion quand, au fil du temps, on aura compris que vous aviez raison.

Dans cette série de chroniques, le conférencier motivateur Alain Samson vous présente les 10 leçons de Buzz. 



Article précédent Article suivant