Les paradoxes du temps

Alain Samson gestion du temps Glissez sur le temps plaisir au travail

Se peut-il, en même temps, que la vie soit courte et que les journées soient longues? Quelle est notre part de responsabilité dans ce paradoxe?

C’est fou tout ce qu’on peut dire au cours d’une rencontre entre amis. Dernièrement, lors d’une telle rencontre, nous avons commencé par parler d’un ami malade en nous disant que la vie est vraiment courte et qu’il faut en profiter. Un peu plus tard, une amie a avoué trouver les journées vraiment longues au travail…

Stop! Y a-t-il un problème ici? Comment se peut-il que la vie soit courte alors que les journées sont longues? Quel éclairage porter sur ce paradoxe?

Vous avez raison : la vie est courte. C’est vrai. Le problème, c’est qu’on s’en aperçoit uniquement quand elle tire à sa fin. À ce moment, il est trop tard parce que, nulle part sur notre épiderme, on ne peut trouver un bouton Reset pour recommencer notre partie.

 

 

Pourtant, si on prenait réellement conscience de cette réalité, la qualité de nos journées en serait grandement modifiée. Premièrement, nous ne nous contenterions pas de traverser chaque journée machinalement, tel un automate. Au contraire, nous tenterions de profiter de chaque instant, de goûter chaque expérience. Bref, nous nous efforcerions de nous sentir vivant dans le temps qui nous est offert.

Deuxièmement, nous nous remettrions plus facilement en question. Combien de personnes croupissent dans des emplois qu’elles n’aiment pas en se disant qu’un jour, elles feront le saut et trouveront un emploi fait pour elles? Si elles étaient seulement conscientes de la durée de la vie, elles agiraient peut-être aujourd’hui!

Troisièmement, les gens tenteraient d’être plus authentiques. Nous sommes tous venus au monde avec des talents, mais nous sommes souvent pris dans des vies qui ne nous permettent pas de les exprimer. Le simple fait de prendre conscience de la durée limitée de la vie nous pousserait à être nous même et à devenir ce qui nous habite.

Finalement, nous nous lancerions dans des projets qui nous semblent peut-être trop grands, mais que nous avons à cœur. Ce sont ces projets jamais tentés qui nous procurent le plus de regrets à mesure qu’on vieillit.

Vous arrive-t-il de trouver les journées longues? La prochaine fois que ça vous arrivera, rappelez-vous que la vie est courte et que vous devez en profiter. À qui pouvez-vous être utile? Quelle mission vous reste-t-il à accomplir? Qu’est-ce qui vient ensuite? Que pouvez-vous provoquer?

Faites en sorte de ne plus trouver les journées longues et le caractère éphémère de la vie ne vous semblera plus aussi injuste.



Article précédent Article suivant