Il y a autre chose que la formation

Alain Samson Alain Samson formation motivation Stress

INTRODUCTION

Vous souhaitez devenir un meilleur gestionnaire, un meilleur leader ? Vous souhaitez être à votre meilleur chaque jour ? Quand le besoin se fait sentir, il est normal de se tourner vers la formation. Mais avant même de songer à cette option, assurez-vous de combler les cinq besoins présentés dans ce texte.

Une carrière repose en effet sur plus que l’ambition et les connaissances. Pour réussir, il faut être à la bonne place et se sentir connecté à la réalité. Pour ce faire, il importe de travailler sur les dimensions suivantes.

I– LE MIEUX-ÊTRE EN CARRIÈRE

Les gens affichent un plus grand mieux-être quand ils sont fébriles, le matin, à l’idée d’accomplir les tâches qui les attendent. Qu’en est-il de vous ? Bondissez-vous du lit en vous disant que ce sera une belle journée ou avez-vous tendance à ruminer ce qui vous attend en espérant que la journée se terminera rapidement ?

Avez-vous songé à une réingénierie des processus? Y a-t-il quelqu’un, dans votre organisation, qui aimerait faire ces tâches qui vous déplaisent ? Si vous pouvez vous concentrer sur ce qui vous va le mieux, les journées s’écouleront rapidement et vous ne verrez pas le temps passer.

À la rigueur, si une tâche ne peut pas être déléguée, faites-la en commençant la journée. Elle ne viendra pas polluer toutes les activités que vous appréciez par la suite. Vous remarquerez que vous terminerez la journée en souriant et vous aurez un impact positif sur vos troupes. Il est très difficile d’être un bon leader quand on n’aime pas ce qu’on fait. 

Alors, qu’est-ce que vous aimez faire ? Qu’est-ce qui vous fait sentir que vous êtes à la bonne place, que vous êtes sur votre X ? Et comment pourriez-vous implanter ces activités plus souvent dans votre emploi du temps ?

 

II– LE MIEUX-ÊTRE SOCIAL

Vous sentez-vous entouré et bien soutenu ? La firme Gallup a démontré que si on n’a personne vers qui se tourner quand les choses tournent mal et qu’on a les nerfs à fleur de peau, ça peut avoir un effet débilitant sur notre carrière, sur notre santé et sur notre couple. Il existe une forte corrélation entre l’engagement au travail et le fait qu’on puisse dire qu’on a un meilleur ami au travail.

Passez-vous assez de temps avec les gens qui font partie de votre équipe ? Avez-vous développé avec eux des atomes crochus qui font en sorte que vous vous appréciez davantage ? Est-ce que vous savez leur démontrer que vous tenez à eux et qu’ils sont importants pour vous ?

Si la réponse est négative, créez des évènements où vous pourrez développer vos relations. Invitez un collègue à luncher afin de mieux le connaître. Apprenez à bien les connaître. Soyez au fait de leurs préoccupations.

Apprenez surtout à vraiment les écouter. Cela fait grandir le sentiment d’intimité qui colore votre relation. Au fil du temps, au lieu d’un réseau superficiel, vous vous bâtirez un groupe solide et, fier de cet actif, vous regarderez l’avenir avec plus d’optimisme.

III– LE MIEUX-ÊTRE FINANCIER

Ce n’est pas parce qu’on occupe un poste de patron qu’on est nécessairement prospère. Trop souvent, on a le sentiment qu’il faut afficher une certaine richesse pour mériter l’appréciation des autres. Alors, on déménage dans une maison plus chère. On change d’automobile chaque année. On s’offre des vacances juste pour démontrer qu’on a réussi ou pour compenser nos absences trop fréquentes auprès de notre bien-aimé.

Et pendant que les autres nous envient, on se réveille la nuit en se demandant comment on fera face aux obligations financières qui s’en viennent. Cela mine notre énergie et notre état d’esprit. Auriez-vous besoin de faire un peu de ménage dans votre gestion financière ?

Beaucoup de professionnels préfèrent continuer à vivre avec le stress au lieu de s’attaquer aux problèmes financiers. Ils craignent le regard des autres. Que vont-ils penser, en effet, si vous conservez votre automobile deux ans ? Lanceront-ils des rumeurs sur la santé financière de votre organisation ?

Si c’est votre cas, laissez-moi vous rassurer : les gens s’en foutent. Ce qui vous maintient dans cet état de siège, c’est votre ego et le besoin de constamment l’alimenter. Faites la paix avec vos finances et reprenez votre destin en mains. Rappelez-vous le début de votre carrière, quand vous vous sentiez riche avec un revenu trois fois moins grand et demandez-vous ce qui a changé depuis.

IV– LE MIEUX-ÊTRE PHYSIQUE

Vous préoccupez-vous le moindrement de ce seul véhicule qui vous accompagnera toute votre vie ? Il est tellement facile de se laisser entraîner dans le tourbillon quotidien et de se dire qu’on est fait fort et qu’on peut en prendre. Mais à quand remonte la dernière fois où vous avez ressenti la belle vitalité qui était omniprésente quand vous vous êtes lancé en affaires ? Qu’est-ce qui était différent à l’époque ?

Il est possible que vous vous soyez encrassé. Il y a tellement de tueurs silencieux qui nous affectent et dont nous ne remarquons même pas les effets parce qu’on suppose qu’ils sont dus au vieillissement ou au stress. À quand remonte la dernière fois où vous avez fait vérifier votre glycémie, votre tension artérielle ou votre taux de cholestérol ?

Tous ceux qui ont vécu un incident de santé vous le diront : ils allaient bien la veille. Mais c’était faux. C’est juste qu’ils ignoraient les signaux que leur envoyait leur organisme.

Limitez votre consommation d’alcool. Prenez garde à votre alimentation. Prenez les escaliers au lieu de l’ascenseur quand c’est possible. Faites un peu d’exercice. Ça libère des endorphines et vous rend plus agréable en société.

V– LE MIEUX-ÊTRE COLLECTIF

Êtes-vous fier de vivre là où vous vivez ? Parmi cette population qui fait vivre votre organisation ? Parmi ces gens qui nourrissent des aspirations et qui rêvent d’un avenir meilleur ? Ces gens-là que vous regardez peut-être de loin, vous en faites partie. Alors, pourquoi ne pas contribuer ?

S’impliquer dans la collectivité aura un impact important sur votre vitalité au travail. Vous sentant apprécié pour ce que vous avez d’unique à apporter aux causes (ou à la cause) qui vous passionnent, vous découvrirez que vous y gagnerez sur de nombreux plans.

Sur le plan personnel, il est plus agréable de faire l’épicerie et de réaliser que les gens nous sourient et nous apprécient. Cela a un impact sur notre sentiment de valeur personnelle et améliore grandement la façon dont nous entrevoyons l’avenir.

Sur le plan organisationnel, votre implication risque d’avoir un impact sur l’attitude que les gens entretiennent face à votre entreprise. Dans ce cas, grâce à la force de la réciprocité, vous encouragez les références et la fidélité des gens que vous servez.

Soyez fier de l’endroit où vous vivez et, si quelque chose vous y déplaît, impliquez-vous et changez les choses. Vous n’en sortirez jamais perdant.

CONCLUSION

Quand vous aurez travaillé sur ces dimensions, vous vous sentirez bien mieux et plus capable de faire face aux défis qui se présentent à vous chaque jour. Ce sera alors votre tour de communiquer ces habitudes à vos collègues. À ce moment, ce sera bien plus facile pour vous, étant donné qu’ils auront constaté votre transformation en tant que leader et ils auront envie de faire de même.

Personne ne peut se sentir bien s’il doit travailler pour un patron qui est mal dans son rôle. Faites comme dans l’avion en cas de dépressurisation : commencez par penser à vous en enfilant ce masque. Ensuite, aidez les autres.



Article précédent Article suivant