Féliciter, ce n’est pas être têteux

Alain Samson Climat de travail Communication engagement Gentillesse intelligence émotionnelle Positivité

Je travaille actuellement, en vue d’une série de conférences, sur l'effet Archimède, un livre qui traitera d’engagement et de mobilisation au travail. La semaine dernière, j’ai testé le chapitre sur la reconnaissance auprès d’un groupe et, quand je suis arrivé à l’importance de féliciter ses collègues, quelques mains se sont levées. Les réactions étaient les suivantes :

  • Féliciter les gens, c’est pas un peu têteux ?
  • Ils vont savoir que je ne le pense pas.
  • Ils ne risquent pas de s’enfler la tête et de moins bien travailler ?

Cette chronique est pour vous si vous pensez que vous auriez réagi de la même manière.

Quand j’encourage les gens à féliciter ceux qui les entourent, je ne parle pas de ces compliments factices ou automatiques du genre « c’est beau, ta nouvelle coupe » ou « cet ensemble te va très bien ».

Féliciter exige d’être aux aguets, de surprendre quelqu’un à faire un bon coup et de lui communiquer qu’on l’a remarqué. Par exemple : « J’ai vraiment aimé ton intervention lors de la rencontre. C’est direct. C’était succinct et ça a vraiment fait avancer la discussion ».

Quand vous faites ce genre de compliments, vous démontrez à l’autre une de ses forces et l’impact que ses gestes ont sur la vie au travail (ou à la maison). Ce faisant, vous faites grimper l’appréciation qu’il vous porte (ce n’est pas moi qui le dis ; ça a été prouvé par la psychologie sociale).

Plus encore, vous pouvez vous attendre à ce que les comportements félicités soient répétés. Alors, si vous avez un collègue qui a tendance à arriver en retard aux réunions et qui se présente à l’heure aujourd’hui, ça mérite un compliment : « J’étais content que tu arrives à l’heure aujourd’hui. Ça nous a permis de terminer plus tôt. Je te remercie ».

Mais cette pratique a également un impact positif sur vous. Elle vous force à rester aux aguets et à percevoir ce que les gens qui vous entourent font de bien. Ça vous permet de garder votre sérénité, ce qui est moins facile quand vous vous concentrez sur les comportements qui vous agacent.

De plus, à force de percevoir les forces des gens qui vous entourent, vous remarquerez que votre optimisme grandira. C’est tout à fait normal. Quand on réalise tous les talents qui sont autour de nous et sur lesquels on peut compter pour vaincre l’adversité, on entrevoit les défis et les problèmes avec plus de positivité.

Et parions que, par effet de réciprocité, on découvrira ensuite vos talents et vos bons coups. Il vous suffit de lancer le bal. Alors, cette semaine, ne soyez pas têteux. Mais percevez les exploits de ceux qui vous entourent et mettez-les en valeur.



Article précédent Article suivant