CESA qui est ça!

Alain Samson Alain Samson civilité courage Gestion des conflits

Il y a des limites à fuir la confrontation. D’autant que le fait de dire ses quatre vérités à quelqu’un n’a pas à être négatif.

Vous arrive-t-il de supporter, chez les autres, des comportements qui vous horripilent et qui nuisent à votre propre performance? Il se peut que ce soit un collègue qui parle trop fort, une collègue qui se plait à parler des autres quand ils ne sont pas là ou d’un patron qui vous affuble de surnoms qui ne vous vont pas du tout.

A priori, nous sommes portés à laisser passer ces choses en nous disant que, justement, elles ne dureront pas. Alors on encaisse. Au risque d’exploser quand on en aura vraiment assez…

Pendant ce temps, nos relations avec cette personne se dégradent. Il devient de plus en plus évident qu’elle nous tape sur les nerfs. Notre productivité décline et les gens se demandent ce qui se passe chez nous.

 

 



Vous vivez une telle situation? Si tel est le cas, je vous invite aujourd’hui à confronter positivement cette personne après avoir rédigé ce que j’appelle un CESA, c’est-à-dire un petit texte de moins d’une minute au bout duquel vous pouvez ajouter «c’est ça qui est ça. Qu’en penses-tu?» Pour illustrer sa création, je prendrai l’exemple d’un collègue qui est arrivé deux fois en retard cette semaine.

Le «C», c’est «Ce qui ne va pas». Il doit être factuel, sans généraliser et sans accuser. Vous ne direz pas à votre interlocuteur qu’il est tout le temps en retard. Ce serait de la généralisation et il pourrait vous répondre qu’il a été à l’heure trois jours cette semaine. Vous ne le traiterez pas non plus de paresseux. Ce serait un jugement.

Votre «C» pourrait simplement être formulé ainsi : «À deux reprises, cette semaine, tu es arrivé en retard, un retard de 15 minutes la première fois et de 20 minutes aujourd’hui.»

Votre «E», c’est l’«Effet que ça produit» : «Ça m’oblige à rester plus tard pour assurer la continuité du service et ça me cause des désagréments. J’arrive en retard à la garderie et mon humeur est affectée.»

Continuez avec le «S», c’est-à-dire la «Solution que vous proposez» : «Tu pourrais te faire un point d’honneur d’arriver à l’heure ou, si ce n’est pas possible, demande un changement d’horaire.»

Terminez avec le «A», l’impact prévisible sur l’«Avenir de votre relation» : «J’aime tellement mieux te recevoir avec un sourire qu’avec une grimace. Qu’en penses-tu?»

Apprenez à vous affirmer. Si une confrontation est positive, elle ne peut être que bénéfique pour l’avenir de votre relation.

Vous souhaiteriez en faire bénéficier votre équipe. Cette formation vous le permettra.



Article précédent Article suivant