Ce qui vous comble

Alain Samson Alain Samson résilience santé mentale

Être authentique, c’est s’appliquer à rester soi-même.

La septième clé de la résilience, c’est l’authenticité.

À quel point êtes-vous en mesure d’apprécier l’instant présent? Traversez-vous vos journées en bougonnant ou en appréciant le ruban du temps à mesure qu’il se déroule? Ce n’est pas facile si vous vous entêtez à faire semblant d’être quelqu’un d’autre.

Être authentique, c’est s’appliquer à rester soi-même malgré les pressions de l’environnement. C’est découvrir qui on est et vivre le présent en fonction de cette découverte. Il existe plusieurs facettes à l’authenticité. Nous nous concentrerons aujourd’hui sur l’une d’elles : la capacité de savourer l’instant présent.

Beaucoup de personnes traversent leurs journées sans y prendre de plaisir. Elles ont décidé qu’elles étaient malheureuses et ne goûteraient le plaisir que plus tard, à la retraite, au moment où elles gagneraient à la loto ou quand elles recevraient un héritage. Elles oublient qu’elles ne pourront pas être heureuses plus tard si elles n’apprennent pas à l’être aujourd’hui. Et pour l’être aujourd’hui, on doit apprendre à savourer.

 

Fred B. Bryant est l’expert mondial en ce domaine. Il étudie depuis plus de 20 ans comment les êtres humains s’y prennent pour savourer. Il définit d’ailleurs l’acte de savourer comme étant le processus par lequel un être humain s’engage consciemment, en pensée ou en geste, dans une activité qui produira des événements ou des sentiments positifs. C’est, selon Bryant toujours, le processus à la base du plaisir.

Voici l’activité que je vous propose : vous devez prendre le temps de savourer au moins un événement. Cela peut être des félicitations que vous recevez, un bon repas, le fait d’être avec l’être aimé, une œuvre d’art ou un paysage que vous prenez le temps d’examiner. Ensuite, partagez ce moment avec ceux qui vous entourent. Dites-leur que ce dessert est magnifique ou que ce paysage est superbe. Dites-leur ce que vous ressentez. Ce faisant, vous augmentez la qualité du moment et vous faites grimper les chances de vous rappeler ce moment plus tard. De plus, vous faites prendre conscience de la beauté du moment à ceux qui ont peut-être tendance à vivre en mode automatique, sans être bien conscients de ce qu’ils sont en train de vivre.

Si vous n’avez personne avec qui partager le moment, prenez conscience des images qui défilent devant vous et prenez des photographies mentales afin de pouvoir vous en rappeler. N’oubliez pas, ce soir, d’inscrire le moment dans votre liste des trois mercis du jour (voir chronique de la semaine dernière).

Si ce que vous savourez est une louange pour un travail bien exécuté ou pour toute autre raison, prenez le temps de vous féliciter vous-même. Ressentez cette fierté. Ne tentez pas de comparer ce moment avec un événement passé. Si ça vous est impossible, comparez-le à quelque chose de légèrement moins savoureux. Bloquez les sens qui ne vous sont pas utiles pour le moment. Si vous mangez ce superbe dessert, portez moins d’attention à ce que vous entendez ou voyez. Concentrez-vous sur le goût que vous avez en bouche.

N’analysez pas trop ce que vous ressentez. Le fait d’analyser vous distance de l’expérience. Il vous transforme en spectateur. Résistez à l’envie d’intellectualiser l’expérience.

Dites merci. Merci à la personne qui vous a félicité. Merci à la nature qui vous a gratifié d’un aussi beau paysage. Merci à l’artiste qui a touché une de vos cordes sensibles. Merci au chef pâtissier. Continuez à cultiver la gratitude.

Refusez tout sentiment de culpabilité. Il y a peut-être des gens qui n’ont pas la chance de goûter à un tel dessert. Il y a peut-être des gens qui n’auront jamais la chance d’admirer une telle œuvre. Mais ces événements vous arrivent présentement et ce serait du gaspillage de ne pas en profiter. Laissez-vous aller pour une fois!

En fin de journée, inscrivez dans votre cahier ce que vous avez pensé de cette activité et demandez-vous combien de fois, par le passé, vous avez négligé de vivre consciemment des expériences du même genre. Faites-vous la promesse de recommencer demain. Remarquez également combien le fait d’apprécier l’instant présent remplit votre vie et réduit les réactions courantes des gens qui ont une vie vide : s’acheter quelque chose pour se donner l’impression d’être heureux, se plaindre de sa situation, espérer que demain sera meilleur, s’isoler des autres, etc.



Article précédent Article suivant