Ça vous semble impossible? Foncez!

Alain Samson Alain Samson chance courage

Les rêves que nous chérissons ont une chance sur deux de se réaliser si nous nous lançons dans l'action, si nous provoquons le destin.

Le pire qui puisse arriver, c’est que ça ne fonctionne pas. Allez-vous risquer de rater tout ça?

Au moment où j’écris ces lignes, je viens de réaliser quelque chose à quoi je me contentais de rêver il y a un an à peine. Je l’espérais. Je fantasmais à ce sujet. Il aurait été facile de hausser les épaules en me disant que c’était un beau rêve et qu’il fallait maintenant revenir sur terre.

Sauf que, cette fois, j’ai foncé. J’ai risqué le refus. J’ai failli être considéré comme un fou par moments parce que je me permettais des avancées qui, j’en suis conscient aujourd’hui, étaient plus qu’osées.

 



On aurait pu me dire «non», et c’est passé près d’arriver à plusieurs reprises. Mais mon objectif était à ce point important que rien ne m’en aurait détourné. En conséquence, je me suis entêté et, aujourd’hui, je suis très heureux de goûter les fruits de cette réussite qui n’était pas du tout évidente au départ.

Mais vous savez quoi? Si je n’avais pas osé, je le regretterais amèrement aujourd’hui. On a trop souvent tendance à fermer les volets sur un rêve en se disant que ça n’arrivera pas, que c’est peine perdue. Mais ce faisant, on tire un trait sur un avenir qui nous aurait probablement comblé. On se tire dans le pied en toute connaissance de cause pour éviter d’être déçu si par malheur ça ne fonctionnait pas.

Vous en rendez-vous vous compte? On sacrifie à l’avance nos rêves de peur qu’ils ne se réalisent pas. On s’autosabote pour éviter d’être déçu. On se tire dans le pied de peur d’être blessé.

Et pendant ce temps, on tente de trouver du réconfort dans le fait qu’on ne vit pas de catastrophe, que tout est normal dans nos vies, qu’il ne s’y passe rien. On en vient à aimer l’atrophie, l’assèchement et l’immobilisme. On en vient à se contenter d’une sous-vie au lieu de vivre celle à laquelle on devrait normalement aspirer.

J’ai une bonne nouvelle pour vous. Ces rêves que vous chérissez ont une chance sur deux de se concrétiser si vous vous lancez dans l’action, si vous provoquez le destin. Les probabilités descendent à zéro si vous ne faites rien. Toute réaction implique une action préalable, et le fait de rêvasser en soupirant bruyamment n’est pas une action. C’est de la passivité.

Vos rêves vous semblent impossibles, mais vous aimeriez quand même les réaliser? Lancez-vous dès aujourd’hui et mettez-y toute la gomme. Au pire, ce sera un échec momentané. Mais imaginez le sentiment de réalisation si ça se concrétise. C’est justement ce que je vis en ce moment.



Article précédent Article suivant